Le statut de l'erreur dans la classe et pour les apprentissages

 

Le statut de l’erreur

Frédérique Cauchi-Bianchi

IA-IPR Lettres

Intervention formation de formateurs 10/05/2012

 

 

Une intervention sur « le statut de l’erreur dans la classe et pour les apprentissages » parce qu’il nous semble fondamental de partager notre réflexion sur ce champ.

 

 

Ce Jardin des délices de Jérôme Bosch parce que l’enfant, du fait de son parcours d’élève, passe d’un eden heureux (du moins est-ce généralement l’image que nous nous faisons de la petite enfance et de son insouciance)  à une socialisation plus ou moins facile et riche, selon les cas, pour être plongé –trop souvent- dans un univers qu’il perçoit comme obscur, douloureux, voire violent : celui de l’Ecole. 

Cet univers où il l’on vient apprendre, comprendre, pourrait être lieu agréable (locus amoenus) mais il est trop souvent lieu de souffrance intérieure, personnelle.

Ce qui provoque ce sentiment de souffrance, c’est qu’il s’agit d’un univers dans lequel se tromper est un problème, se tromper est un échec, donc à terme une souffrance individuelle. L’Ecole est, en effet, un univers régi par  l’aversion pour l’erreur. 

Pour Jean-Pierre Astolfi[1], l’ “aversion spontanée pour l’erreur, et le rejet didactique qui en résulte souvent, correspond d’abord à une certaine représentation de l’acte d’apprendre, représentation largement partagée par les enseignants, les parents et le sens commun.”

L’acte d’apprendre serait « naturel ». On entend par « naturel» que les connaissances s’ancrent dans la mémoire sans difficultés apparentes. Ainsi, on donne des cours magistraux comme si voir et faire entraînaient naturellement des acquisitions, acquisitions qui servent de fondement pour aller plus loin. Cette théorie entraine de l’idée que si l’enseignant explique bien, suit un bon rythme, choisit de bons exemples et si les élèves sont attentifs et motivés, il ne devrait survenir aucune erreur.

 

De fait, quand les erreurs apparaissent, il y a 2 possibilités de lecture de l’erreur (qui d’ailleurs ne sont pas exclusives l’une de l’autre) :

 

Erreur faute (avec toutes les connotations morales que le terme recouvre !!

1- L’erreur est considérée comme une « faute » dans le modèle d’apprentissage dit « transmissif ». Il s’agit d’une « faute » puisque cette erreur est mise à la charge de l’élève qui ne se serait pas assez investi, qui n’aurait pas mis en œuvre toutes ses compétences, qui n’aurait pas assez travaillé. Dans ce contexte, l’erreur doit être mentionnée et évidemment sanctionnée.

Et là,  le professeur se fait un devoir de matérialiser l'erreur sur la copie (souvent en biffant ou en soulignant en rouge), afin de faire remarquer qu'il a bien vu l'erreur.

Le professeur sait bien, et d’ailleurs déplore, il sait bien donc, que les élèves ne tiendront probablement pas compte de ses remarques pour son apprentissage, pourtant le professeur le fait quand même. Pourquoi le fait-il encore ?

La première raison est que c'est une manière pour lui de montrer à l'administration, aux parents d'élèves et aux inspecteurs qu'il fait son travail, qu'il ne laisse pas passer « les fautes ».

La deuxième raison est qu'il est difficile de chercher des explications aux erreurs des élèves car il faut se plonger "dans " leur tête, "redescendre" à leur niveau, alors qu'on désire les élever le plus possible sans perdre de temps.

Dans cette lecture de l’erreur, la sanction est ici la réponse aux « fautes » de l’élève et une manière de se rassurer.

 

2- L’erreur peut également être considérée comme un « bogue » dont l’origine serait une mauvaise adaptation de l’enseignant au niveau réel de ses élèves. Pour filer la métaphore de Jean-Pierre Astolfi, l'erreur joue le rôle de bogue dans un programme informatique, donc la réponse consiste en la modification du programme pour éviter l'erreur.

Dans ce cas, l’erreur induit chez l’enseignant un effort de réécriture de la progression, en décomposant les difficultés en étapes élémentaires beaucoup plus simple. Il s’agit du modèle comportementaliste, inspiré de la psychologie behavioriste (James WATSON et B. SKINNER), dans laquelle l’activité de l’élève est guidée pas à pas afin de contourner les erreurs.

 

Or l’élève en apprentissage c’est, peu ou prou, Thésée et le Minotaure- Maître des Cassoni Campana - début du 16ème siècle.

Son chemin n’est pas « droit », ample, aisé, il est obstacles, difficultés, détours, contournement, risques.

Pour ne pas être dévoré ou enfermé définitivement, soit pour réussir à l’Ecole, être victorieux, il lui faut franchir progressivement les obstacles, parce que selon Piaget, apprendre c’est franchir progressivement une série d’obstacles

 

C’est sur cette théorie que s’appuient les modèles constructivistes modernes

Dans ce cadre, l’erreur, les erreurs, sont des indicateurs des processus intellectuels en jeu.

 

L’erreur est, nous le voyons, à considérer comme une information à prendre en compte dans le processus didactique et dans le processus pédagogique.

 

Pour Bachelard, l’erreur doit être considérée positivement parce que « il n’y a pas de vérité sans erreur rectifiée », parce que « l’erreur n’est reconnaissable qu’après coup ».

Il s’agit bien, de « valoriser le paradigme de l’erreur » (Jacques Fiart), c'est-à-dire de considérer, avec Bachelard, l’homme (et donc l’enfant) comme un organisme gestionnaire de ses ressources. L’élève comme l’homme a des ressources qu’il doit apprendre à gérer, à développer.

Lorsque l’élève apprend, cela occasionne certains troubles parfois, ou souvent, et il convient d’aménager ces troubles. L’erreur est considérée, apprivoisée, aménagée dans les laboratoires de recherche alors qu’elle est pourchassée de la maternelle à l’université…

 

Nous concernant, l’erreur peut changer de statut si elle est  prise en compte comme un élément du processus didactique, c’est-à-dire comme une information dont il faut élucider les composants (nature ou origine) pour construire une connaissance correcte.

Là est le rôle de l’enseignant : il  doit situer les erreurs dans leur diversité afin de déterminer les modalités de l’intervention didactique à mettre en œuvre.

 

Pour que l’enseignant puisse « considérer, aménager, apprivoiser » l’erreur, Jean Pierre Astolfi nous propose, à cet effet,  une typologie des erreurs

 

Typologie des erreurs.

 

1 Erreurs relevant de la compréhension des consignes.

•          Les termes employés pour un questionnement ne sont pas toujours « transparents » pour les élèves : analyser, indiquer, expliquer, interpréter, conclure… ?

Il doit s’agir pour éviter ces erreurs d’expliciter toujours les attentes que recouvrent ces verbes, mais aussi de faire expliciter par les élèves ce qu’ils entendent comme attentes derrière ces termes.

•          Le vocabulaire employé par chaque discipline est aussi source d’erreurs pour les élèves : les mots nouveaux, lexique spécialisé ou encore les mots de la langue courante qui sont utilisés de manière différente dans chaque discipline. L’on sait, pour ne donner qu’un exemple, combien le terme « problématique » peut renvoyer à des choses différentes selon les disciplines.

•          Les élèves font aussi des erreurs parce qu’ils ont parfois des difficultés à situer la question dans la consigne. En effet, il ne s’agit pas toujours de phrase interrogative ou la consigne se présente sous la forme de 2 questions posées successivement.

 

2 Erreurs résultant d’un mauvais décodage des règles du contrat didactique.

C’est Yves CHEVALLARD qui affirme que l’élève raisonne « sous influence », du fait du contrat didactique. L’élève sent, pressent, apprend très vite, qu’à l’école le maitre lui donne un rôle par rapport au savoir qu’il lui transmet et attend quelque chose de lui. Quand l’élève sait ce qui est attendu, cela signifie que le contrat didactique fonctionne bien.  

Très souvent des erreurs proviennent de ce que l’élève croit devoir produire.

Dans L’Âge du Capitaine, Stella Baruk relatait en 1985, le problème proposé à des élèves de primaire : « Sur un bateau, il y a 26 moutons et 10 chèvres. Quel est l’âge du capitaine ? ». Certains élèves avaient répondu : « 26 + 10 = 36. Le capitaine avait 36 ans. »

Dans la réponse de l’élève, il y a à la fois la réponse à la question posée et la réponse à l’enseignant qui la pose (c’est un problème de maths posé par le professeur, il a donc une solution ; il y a des nombres qui sont donnés, il faut donc les utiliser, et se servir d’une opération

… je n’explorerai pas davantage cette situation ici, dont vous comprenez qu’elle ne sert qu’à illustrer ce qu’Astolfi appelle un « mauvais décodage des règles du contrat didactique ».

 

3 Erreurs témoignant des représentations notionnelles des élèves.

On retrouve  l’idée de représentation dans la notion Bachelardienne d’obstacle. « On connaît contre une connaissance antérieure, en détruisant des connaissances mal faites, en surmontant ce qui, dans l’esprit même fait obstacle ». L’esprit ne peut « se former qu’en se réformant ». Dans la vie, comme dans la recherche, les obstacles surviennent lorsque nous agissons et réfléchissons avec les moyens dont nous disposons déjà ; ces moyens n’étant pas nécessairement  appropriés ou corrects, ils amènent à faire des erreurs.

De la même façon, dans l’apprentissage, les élèves n'attendent pas une leçon pour se donner des explications par rapport à un problème donné, à des notions ou concept donnés.

Ces conceptions s'avèrent très résistantes aux efforts d'enseignement. Elles doivent donc être didactiquement prises en compte. On doit les identifier, amener les élèves à en discuter, à les comparer.

On voit bien ici qu'apprendre n'est pas seulement augmenter son "stock" de savoirs, c'est aussi et peut-être même d'abord transformer ses façons de penser le monde.

 

4 Erreurs liées à la nature des opérations intellectuelles.

Certaines opérations ne sont pas disponibles à tout moment chez les élèves. En effet, leur apprentissage se construit  dans le long terme en passant par des étapes successives. Cela a été largement étudié dans les domaines de la lecture par exemple mais aussi des apprentissages mathématiques.

 

5 Erreurs provenant des démarches adoptées par les élèves.

Certaines productions d'élèves sont peut-être trop rapidement étiquetées comme des erreurs alors qu'elles manifestent seulement la diversité des procédures possibles pour résoudre une question posée. On a ici des procédures différentes de la procédure "canonique" attendue.

Par ailleurs, la démarche adoptée peut être propices à l’erreur dans la mesure où elle est plus lourde, elle engage davantage d’opération, multipliant ainsi les risques d’erreurs.

 

6 Erreurs dues à une surcharge cognitive.

On est volontiers narquois avec cette « surcharge cognitive », mais sans doute parce qu’on la comprend mal.

En fait, face à une tâche qui nécessite la convocation de différents savoirs, de multiples savoir-faire, les élèves se centrent sur certains éléments, en oublient d’autres, voire perdent le sens de ce qui leur est demandé et ne savent plus où ils en sont.

Ce n’est donc pas que leur « cerveau » n’est pas en mesure d’accueillir un « stock » en plus, mais qu’il doit mobiliser trop de choses et qu’il en oublie, ou qu’il oublie l’objectif.

 

Par exemple en production d’écrit en Français, il s’agit souvent à partir d’un texte, donc de lire et de comprendre, puis de mettre en lien avec ce qu’il doit produire (qui engage bien des savoir-faire et savoirs).L’élève se centre souvent au mieux sur ce qu’il doit produire mais ne parvient pas à ajouter la correction de la langue qui passe au second plan. Cela est pire encore dans une évaluation d’une autre discipline dans laquelle il doit aussi produire de l’écrit.

 

7 Erreurs liées au fait que les élèves ne font pas le rapprochement entre des outils déjà utilisés dans une discipline et ceux qui sont requis pour une autre discipline.

Pour comprendre cette difficulté de transfert, la psychologie distingue dans un problème : ses traits de surface (« habillage ») et traits de structure (opérations logiques requises pour la résolution). En fait, il semblerait qu’un élève aux prises avec 2 situations dans des disciplines différentes soit d’abord sensible à la similarité de leurs traits de surface.  Il ne ferait pas le rapprochement entre leurs outils communs, du moins pas aussi naturellement que le pensait PIAGET.

 

 

 

8 Erreurs résultant de la complexité propre du contenu.

L'origine des erreurs peut enfin être recherchée d'une complexité propre au contenu d'enseignement. Cette complexité interne n'est pas toujours perçue comme telle par les analyses disciplinaires habituelles, ni dans les progressions disciplinaires adoptées.

L'analyse de ce type d'erreur est typique du travail proprement didactique, qui consiste plus souvent qu'on ne le croit à remettre profondément en cause les contenus théoriques et pratiques de l'enseignement ainsi que les méthodes et procédures qui leur sont classiquement associées. Souvent "les voies royales" bien installées par la tradition peuvent s'avérer discutables, voire porteuses d'obstacles imprévus.

 

Philippe Meirieu : « la prise en compte de l’erreur est en réalité, en pédagogie, la meilleure manière de combattre l’échec »

 

Il nous faut réussir à sortir de la culpabilisation de l’erreur pour entrer dans une culture qui prenne en considération, qui reconnaisse, l’erreur dans ce qu’elle est nécessaire pour apprendre et utile pour faire apprendre.

 

De fait : l’erreur doit changer de statut pour l’enseignant et devenir un outil pour enseigner:

 

ð  comment prendre en compte les erreurs des élèves dans l’apprentissage ?

 

Dès lors qu’on veut bien entrer dans ce qu’Anne Jorro nomme une « conception formative de l’erreur », il s’agit d’analyser ce que disent les erreurs à l’enseignant qui ne saurait être uniquement un évaluateur.

L’évaluation devient formative dès lors que l’enseignant adapte sa poursuite de cours et d’activités à l’analyse qu’il a menée des erreurs collectives, mais aussi des erreurs individuelles.

La prise en compte ne peut encore s’arrêter là si l’on souhaite engager une dynamique qui conduira élèves et professionnels à davantage d’efficacité.

Il faut ensuite que les élèves prennent conscience de leurs erreurs.

Pour  faciliter cette prise de conscience, il faut que l’enseignant mette en place des situations créant  des conflits sociocognitifs (la confrontation de deux points de vue au moins concernant un problème)  ou travaillant sur la métacognition.

 

Mettre en place des situations créant  des conflits sociocognitifs : cela renvoie à des activités de groupes dans lesquelles des pairs vont confronter leurs approches, leurs savoirs, et faire interagir leurs compétences.

 

La métacognition, c’est réfléchir sur la manière dont on travaille.

Cela renvoie à quatre types de questions :

- Quelle est ma tâche et à quoi saurai-je que je l’ai réussie ?

- Quel problème dois-je résoudre pour accomplir cette tâche ?

- Quelles connaissances dois-je utiliser ?

- Quelles stratégies personnelles dois-je mettre en œuvre pour acquérir ces connaissances ?

Si l’enseignant prend du temps en classe pour poser ces questions aux élèves, il fait lui-même des découvertes et il peut ainsi mieux différencier sa pédagogie.

Les pratiques métacognitives font évoluer de façon significative le traitement de l’échec et des difficultés.

 

ð  Changeant de statut elle doit être signifiée autrement :

L’on connait le débat ancien sur la couleur rouge, mais au-delà de cette symbolique :

-          Les appréciations sur la copie

-          Les commentaires oraux de l’erreur

On n’imagine sans aucun doute pas ce que certains propos écrits ou commentaire oraux peuvent produire d’humiliation chez les élèves. Il est nécessaires que disparaissent des classes ce qui est jugements personnels et autres attaques ad hominem ironiques ou pas.

Les connaissances actuelles neurobiologiques montrent que les propos vexatoires génèrent, dans le cerveau, des réactions qui ne peuvent conduire qu’à la colère (celle-ci se manifestant par un retrait ou par des mots ou des actes).

Sur les copies comme à l’oral l’enseignant doit expliciter ce que l’élèves a su en termes de connaissances et a su faire, et lui signifier aussi très explicitement des pistes de progrès, des conseils, des stratégies de résolution, des stratégies de remédiation pour ce qu’il n’a pas réussi.

 

Voici des résultats d’une Enquête internationale  (John Hattie, 2009, Visible learning. A synthesis of over 800 meta-analyses relating to achievement, Routledge) portée à notre connaissance par les rencontres avec Romuald Normand, chercheur à l’IFE et uniquement pour ouvrir quelques pistes de réflexion en guise de conclusion :

 

Les effets plutôt limités de l’enseignement sur la réussite des élèves

 

  1. Le contrôle et la surveillance disciplinaire des élèves
  2. Les dispositifs d’enseignement  à distance
  3. La focalisation du cours sur les contenus disciplinaires
  4. La formation traditionnelle des enseignants
  5. Le tutorat de l’élève par un adulte dans la classe
  6. L’enseignement  à domicile
  7. L’apprentissage des élèves sur internet
  8. L’enseignement en binôme dans la classe
  9. Les méthodes visuelles ou audio-visuelles
  10. L’usage  pédagogique des tests  sommatifs
  11. La mise en concurrence des élèves
  12. Le travail donné  à la maison
  13. Les travaux d’enquête avec  les élèves
  14. La pédagogie inductive  dans la classe
  15. L’enseignement assisté par ordinateur

 

Les effets majeurs de l’enseignement sur la réussite des élèves :

 

  1. 1.      La mise en œuvre d’une évaluation formative 
  2. La clarté du discours de l’enseignant 
  3. 3.      Le feed-back apporté aux élèves 
  4. Les relations entre l’enseignant et les élèves 
  5. Les stratégies de méta-cognition
  6. L’auto-verbalisation et l’auto-questionnement des élèves : cela permet à l’élève de mettre en mots ce qu’il ne parvient pas à faire, ses processus d’apprentissages et donc de trouver des solutions
  7. Le développement professionnel des enseignants
  8. La résolution de problèmes dans la classe
  9. La mise en œuvre d’une stratégie pédagogique
  10. L’apprentissage coopératif entre
  11. L’étude  précise des compétences des élèves 
  12. La séquence d’enseignement planifiée par étapes
  13. Le travail des élèves à partir d’exemples concrets
  14. La fixation d’objectifs précis aux élèves
  15. Le tutorat par les pairs dans la classe


[1] Jean-Pierre Astolfi, didacticien et professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Rouen